N.C.I.S Washington
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

N.C.I.S Washington

Jeu de rôle sur la série N.C.I.S
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 Salle des analyses

Aller en bas 
+4
Kate Grant
Maître Jeu-1
Jezebel Evans
Thomas Harris
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyJeu 21 Fév - 22:33

Elisabeth: Je sais que je n'ai pas été la seule à avoir une aventure de ce genre avec toi, alors tu peut te le garder ton discours de sentimentaliste de merde!

Ok...elle n'avait pas tord. Un point pour elle.
Elisabeth restait froide, très froide, celui lui en glaça le sang. Il ne la comprenait pas...comment avait-il pu tomber dans ses filets alors qu'elle semblait n'avoir aucune morale ?

Elle avoua que sa dispute avec Héléna n'avait pas été intelligente, là c'était une remarque utile ! Bon certes, elle avait là aussi raison, Héléna l'avait instultée...Arg, Thomas était totalement dépassé...il avait envie de se barrer loin de là, la pack de bière en main, on the road...

La dernière réplique de l'agent de la NSA le coula sur place, il ne put rien rétorquer...Merde, c'était vraiment lui le soucis alors ? Il n'était vraiment pas si innocent que ça ? Mais pourtant, il ne voulait pas d'emmerdes comme celles-ci...
Un soupir s'échappa de ses lèvres. Son regard suivit la jeune femme partir brusquement, mais il restait silencieux, battu et défait par les mots de l'intruse.

Deux minutes après la dispartion d'Elisabeth dans le couloir, il en vint à la conclusion qu'il ne méritait pas Héléna, qu'il ne méritait pas une relation sérieuse... A peine le bonheur trouvé que déjà il était fini.
Le scientifique secoua négativement la tête. Il avait envie de crier, de changer de corps, d'être une autre personne, d'avoir une autre vie. Etait-il l'exemple même du 'salop' ? C'était bien fait pour sa gueule.
Ses paupières se fermèrent, toujours à demi-assis sur la paillasse...

Quel con...

Il devait parler à Héléna, lui dire qu'il vaudrait ne rien avoir si elle ne voulait pas d'emmerdes, car apparemment, rien allait comme il le voulait, avec lui... Ca commençait déjà, la preuve...
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyVen 21 Mar - 22:05

J'entrai après avoir croisé l'ex, poussant doucement les portes du laboratoire sans pour autant lever les yeux vers Thomas. Je savais qu'il était là, tout près, à demi assis sur une des paillasses. Mes bras croisés, mes pas s'avançèrent les uns devant les autres pour arriver en face de lui.
Mes yeux se posèrent enfin sur lui, inquisitrice et agissant comme une sonde. Je m'étais calmée, indéniablement, mais ce pic me déchirait encore le coeur à force de revoir encore et encore cette image de baiser.


"Quel con"...Peut-être oui. Mais tu devrais peut-être me laisser juger de ça.

Je gardais le silence un instant, sans pour autant lui laisser l'opportunité de parler. Je ne voulais pas de discours inutile, j'aspirais à comprendre, pour trancher. Prendre une décision qui s'avérait sûrement difficile. Des souvenirs récents, de nuits en particulier, ne devraient pas influencer mon jugement.
Je ne devais prendre en considération que les faits, comme si ce n'était pas pour moi que je prenais cette décision.
Plus facile à dire qu'à faire, bien sûr...

Mes yeux fixaient inexorablement son visage, et pourtant je ne souhaitais pas croiser son regard, ce pourquoi je détournerai les yeux s'il tentait de captiver le mien. Je n'étais pas là pour lui dire que je lui pardonnais, pas tout de suite néanmoins. Mais j'avais réagi excessivement sur le coup de la colère, et à présent, je cherchais simplement une explication. Il ferait mieux d'en profiter, ce n'était pas tous les jours que j'accordais ce genre de faveur à un homme. Cependant je ne pouvais démentir le fait que je l'appréciais, vraiment, et que cela me fendrait le coeur de ne pas lui avoir laisser cette chance...


Alors ? Tu vas m'expliquer ce qu'il y a entre vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyVen 21 Mar - 22:53

Thomas redressa brusquement son regard tombé au sol vers la porte du labo qui venait de claquer.
Le corps d'Héléna apparut deux mètres après le seuil de la porte. Ses yeux la suivirent dans sa progression jusqu'à lui, alors que sa silhouette resta posée sur la paillasse.


ELLE : "Quel con"...Peut-être oui. Mais tu devrais peut-être me laisser juger de ça.

Son regard se baissa de nouveau alors que le sien déshabillait, examinait, perçait son visage culpabilisant. Que dire, que dire, que dire ? Pourquoi ne leur apprenait-on pas ça dans les manuels scolaires, dans les facs de sciences ? "Comment réagir face à des situations de malchances humaines, page 246, chapitre 4 de la partie II". Il se tut quand il comprit qu'il ne pouvait pas se lancer dans des explications futiles.

L'atmosphère pesait, étouffait, oppressait. Ses pupilles finalement revinrent observer Héléna, qui détourna son regard sur le fond de la pièce.


ELLE : Alors ? Tu vas m'expliquer ce qu'il y a entre vous ?

Les sourcils masculins se froncèrent, se figeant de tous ces gestes, ainsi que son regard essayant de capter le sien.

LUI : Entre nous ? Mais...rien... Dit-il bouche bée, laissant un blanc de deux-trois secondes planer avant de continuer : Il y de ça quelques mois nous avions eu une aventure, au cours d'une enquête qui nous avait fait loger à New York, et puis après ça, plus rien...

*C'est pas de ma faute si je fais tant d'effet ! * Eut-il envie de grogner pour conclure, mais, cela aurait été TRES mal vu ! Puis franchement, s'il avait osé ressortir cela, Thomas se serait auto-fichu un crochet du droit.

LUI : S'il te plaît...crois-moi...elle m'a juste...littéralement sauté dessus !
Il baissa les yeux un quart de secondes, s'accompagnant d'un soupir, avant d'ancrer son regard dans celui de la jeune femme, qu'il avait forcé de le regarder en plaçant sa main sur sa douce épaule.
LUI : Et surtout après la nuit qu'on vient de passer, je ne comprends pas que tu puisses douter de moi...

L'accusait-il sans l'accuser...Compliqué, n'est-ce pas ? Non, il ne l'accusait pas réellement, il lui faisait juste comprendre qu'il ne mentait pas, et ce, par une technique de culpabilisation.
Le scientifique retira sa main et partit en direction de la paillasse principale, cachant ses yeux par le masques de protection, abandonnant Héléna seule, pour ses expériences...
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyDim 23 Mar - 16:37

LUI : Entre nous ? Mais...rien...

Il semblait surpris, alors que la question n'était pas vraiment comme tombée par hasard. Il aurait du s'y attendre. Je n'allais pas lui demander où il allait dîner ce soir si le problème était cette peste après tout. Je serrai brièvement les poings alors qu'il démentait encore le fait qu'il se passait quelque chose entre elle et lui. Une inconnue n'en embrasse pas un autre en plein milieu de la rue, il se foutait littéralement de moi...Je ne dis cependant rien, le laissant continuer alors que mon regard noir cette fois vînt furtivement se poser sur lui avant de me reconcentrer sur le fond de la pièce.

Il m'expliqua ensuite, que c'était du passé, une aventure très vite révolue. J'avais envie de le croire, mais mon esprit fonctionnait véritablement au ralenti aujourd'hui. Trop d'émotions, de sentiments assaillaient la fonction "réfléchir" de mon être. Je ne pouvais juger, objectivement du moins.

Sa main sur son épaule. J'entrouvai les lèvres de surprise alors que mes yeux vinrent s'ancrer au sien. Je ne savais vraisemblablement que dire, ou que faire...


LUI : Et surtout après la nuit qu'on vient de passer, je ne comprends pas que tu puisses douter de moi...

Je fus prise au jeu quelques secondes, culpabilisant d'avoir une attitude si excessive. Je n'aurais pas dû réagir ainsi, c'était totalement démésuré...Je ne savais pas de quoi je parlais. Et puis...Non ! Mes sourcils se froncèrent alors qu'il retirait sa main de mon épaule, allant vers la paillasse principale en revêtant des lunettes de protection.

ELLE : Ne rejette pas la faute sur moi ! m'exclamai-je avec sévérité. Tu n'as pas le droit de faire ça...

Je me radoucis sur la fin de ma phrase, déstabilisée, perdue. Il m'avait eu cette fois, il gagnait...indéniablement. Ma gorge se serra alors que mes pas me conduire près de lui. Je glissai une main sur son torse, le poussant en arrière pour pouvoir me mettre en lui et ses expériences. Je laissai quelques secondes s'écouler, le temps de peser mes paroles, de savoir ce que j'allais dire et faire.


ELLE : Pourquoi ? ...Pourquoi veux-tu que je te crois ? soufflai-je en fixant son regard.

Je n'étais pas hostile, simplement débousolée. J'étais vulnérable à cet instant, sans vraiment en connaître la raison, suspendue à ses lèvres, retenant mon souffle en appréhendant le moindre mot. Ma main restée sur son torse glissa lentement sur son corps, l'effleurant au travers de sa chemise pour enfin retomber le long du mien...
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyDim 23 Mar - 19:09

ELLE : Ne rejette pas la faute sur moi !

Cette voix, sa voix, la voix lui déchira, lui fendit, lui brisa le coeur, la conscience, l'âme. Thomas tenait un tube à essai dans la main...son cri d'accusation le surprit tellement que sa main intensifia brutalement son étreinte sur l'objet de verre...Qui se cassa et mutila la peau du scientifique au travers de son gant de protection. Aïe... si seulement la douleur venait de sa main, mais non, elle venait de bien plus profond que cela. Aïe, l'affliction l'empêcha de lever ses yeux interdits vers la jeune femme, regardant tel un enfant, un ivrogne, un paumé sa main ensanglantée.

ELLE : Tu n'as pas le droit de faire ça...

Un soupir. Ses yeux clos. Que devait-il dire ? Que devait-il faire ? Fuir ? Oh oui, fuir, loin de là...loin de ce lieu, loin de cette vie, loin d'elle...mais proche d'elle...il la voulait toute entière pour lui seul dans une seule condition qu'on appelait le bonheur. Pourquoi espérer alors que le bonheur parfait n'existait pas ? Trois jours, deux nuits depuis qu'ils se connaissaient et jamais il n'avait encore ressenti autant d'émotions aussi différentes douloureuses, ou euphoriques en si peu de temps.
Là, debout, figé, dépité, les yeux posés sur sa main ensanglantée, il pensait, après avoir ôté ses lunettes.
Et de lui dire d'abandonner tous contacts avec lui, il avait le droit ? Et lui souffler qu'une histoire entre eux allait finir par les achever et qu'il fallait tout cesser, il avait le droit ? Et lui dire que ses sentiments envers elle étaient bien trop intenses pour quelqu'un qu'il connaissait depuis trois jours... il avait le droit ?

Entre autre, avait-il le droit de lui dire qu'il l'aimait mais qu'il préférait ne rien entamer avec elle ? Merde...aimer...Non...pourtant...non, c'était trop tôt...pourtant...trop intense...non, c'était stupide...c'était juste l'euphorie des premières rencontres.

Le scientifique sentit une main -sa main- glisser sur son torse, le forçant à laisser un espace entre son corps et la paillasse. Il leva son regard vers elle, enfin. Enfin. Ses pupilles cherchèrent la porte pour fuir. Thomas savait qu'il allait affronter Héléna. Il savait qu'elle allait percer ses sentiments, enfin. Enfin.
Son corps fut incapable de bouger lorsque son regard passa sur le visage féminin. Sa main glissa le long de sa chemise, caressant sa peau, des frissons l'oppressèrent, le paralysèrent, l'abrutirent.


ELLE : Pourquoi ? ...Pourquoi veux-tu que je te crois ?

Bouche bée. Il restait bouche bée. Sa mâchoire se serra encore, encore et encore, un noeud prenant en otage sa gorge.

Le visage des deux amants étaient si proches l'un de l'autre... Thomas ne pouvait fixer ses deux yeux bruns en même temps, alors l'atmosphère lourde et pesante faisait assister ses pupilles à un match de ping-pong entre les deux yeux féminins, lentement, anxieusement.

Que devait-il répondre ? Son coeur lui suppliait de répondre "parce que je t'aime", mais sa conscience le contrôlait. C'était trop tôt, comment pouvait-il le savoir ? Parce qu'il était incapable de trouver d'autres arguments ?! Parce qu'il l'avait désiré et il la désirait simplement ?! Ou parce que son foutu coeur lui criait de sa place dans l'espoir qu'elle l'entende ?!

Elle donnait une impression tellement déboussolée qu'il n'avait qu'une envie : entourer son corps de ses bras, s'emparer de ses lèvres et lui susurrer au creux de l'oreille tous les mots qu'elle aurait voulu entendre...

Il fit une de ces trois choses, ravalant des mots trop signifiants qui voulait jaillir, et saisit ses lèvres dans un seul baiser tendre, atrocement tendre...et atrocement douloureux.


LUI : Parce que je ne suis qu'un con, et donc incapable de mentir... Souffla-t-il les paupières fermées, front contre front. Son coeur n'émettait plus aucun battement, il avait cessé, puis se serrait, se serrait, se serrait. Il en serrait les poings. L'odeur que dégageait Héléna, les ondes qui faisaient Héléna, elle qui lui faisait tant la désirer : aggravaient les choses...

LUI : S'il te plaît, pars si tu as compris mes sentiments et que tu n'en veux pas...
Sa voix ne s'activait plus, Thomas était devenu muet, seul son souffle lui permettait de se faire comprendre...Le noeud d'émotions empoisonnant ses capacités vocales.
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyDim 23 Mar - 19:37

Je le voyais hésiter, tellement hésiter...N'était-ce pas pourtant simple ? Il n'avait qu'à me dire, quelques mots...Quelques mots trop dur à prononcer. Le temps s'écoulait, oh oui il s'écoulait, et mon coeur semblait s'effriter de seconde en seconde. J'avais peur, si peur. Et tellement froid à cet instant. Me sentant plus seule dans ma solitude que je ne l'avais jamais été. Mes bras vinrent entourer mon corps dans l'espoir débile que cela me réchaufferait un temps soit peu. Mais ce n'était pas un vent glacial qui me faisait frissonner, c'était le vide immense de cette attente bien trop longue et intense à mon goût.

Enfin. Enfin un contact plus humain que je n'aurais cru me persuada que tout n'était pas perdu. Je fermai les yeux, alors que ma réponse à ses lèvres sur les miennes se faisait douce et douloureuse. Une larme s'échappa du cache de ma paupière, s'écoulant silencieusement sur ma joue alors que je priai pour que cette promesse de tendresse dure toujours.


LUI : Parce que je ne suis qu'un con, et donc incapable de mentir...

Son front contre le mien, nos paupières encore closes pour se protéger d'une réalité bien trop difficile à affronter. Ma gorge serrée m'empêchait de répondre quoique ce soit pour l'instant, mais mon souffle paraissait renaître. J'inspirai péniblement, ayant contenu cette tension bien trop longtemps.


LUI : S'il te plaît, pars si tu as compris mes sentiments et que tu n'en veux pas...

J'ouvris mes yeux, un faible sourire vînt éclairer mon visage alors que mes bras venaient s'accrocher dans son dos. Mon corps se colla au sien dans une parfaite symbiose, mon visage sa calla dans le creu de son cou. Je retenais des larmes qui n'étaient peut-être plus autant de douleur que de joie. Je le serrai contre moi, m'accrochant comme si ma vie en dépendait, c'était si bon...

ELLE : J'en veux ! ...J'en veux..., soufflai-je à mon tour contre sa peau dégageant une chaleur nécessaire à ma guérison.

Je fermai à nouveau mes paupières, profitant de ces quelques secondes de plénitude. Secondes ? Je n'étais plus sûre, le temps n'avait plus aucune importance à présent. J'étais si bien, si accomplie...
Je m'éloignai, à contre coeur, après avoir déposer un léger baiser dans son cou. Je pris ses mains, blessées par des morceaux de verre d'un tube qui venait d'éclater. Mon regard détailla les quelques plaies superficielles et les petits filets de sang s'échappant de celles-ci, fronçant les sourcils avant de relever le visage pour lui sourire doucement.


ELLE : On va soigner ça...

Je m'extirpai de ma position entre son corps et la paillasse, un environnement bien trop oppressant pour deux personnes réconcillées. Je fouillai les quelques armoires à la recherche d'une trousse de premiers soins, sans vraiment me presser de la trouver. J'étais encore ailleurs...Le revers de main vînt chasser le sillon de larmes séchées sur mes joues, après tout pourquoi laisser de telles marques...ce n'était pas très sexy...Et j'avais envie d'avoir l'air belle, pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyLun 24 Mar - 2:38

Ses yeux restèrent clos alors que les bras féminins le transportèrent aussitôt de soulagement et de bien-être, en venant entourer son dos. Son visage au creux de son cou, Thomas respira de ces pleins poumons l'odeur qui se dégagea des longs cheveux bruns. La main droite du scientifique sécurisait affectueusement le haut de ses reins, la gauche caressant tendrement ses cheveux.

ELLE : J'en veux ! ...J'en veux...

Il resserra l'étreinte pieusement. Puis...finalement...elle se recula en déposant un baiser dans sa nuque. Au sommet de l'euphorie, ses yeux la suivirent dans ses mouvements, alors que la mine de son visage était neutre, simple, perdue. Un enfant n'aurait pas pu paraître aussi innocent que lui.

ELLE : On va soigner ça...

Elle regardait ses mains, il contemplait son visage. Les mains dans les siennes, il ne voulait pas qu'elle se retire...

Thomas vit qu'une larme avait coulé le long de sa joue alors qu'elle s'éloignait pour chercher la trousse de premier soin. Ses yeux détaillèrent sa silhouette de haut en bas, non pas d'une lueur perverse, mais d'une lueur admirative. On retrouvait encore la comparaison à un enfant : Héléna remplaçait la peluche de ses rêves dans le magasin de jouet impressionnant du quartier. Il la vit essayer de s'essuyer la larme, un doux sourire en coin s'en conçu et quand elle revint...

La main du scientifique non mutilée saisit doucement la main libre de l'agent, il l'attira jusqu'à lui. Ses lèvres toujours muettes vinrent une première fois frôler sa joue marquée des larmes, laissant une trace de son souffle chaud. Finalement sa bouche fila de bas en haut le long de la joue, s'appropriant la larme, sa langue savourant à son faible passage le goût salé mais doux de cette eau d'émotion. Son buste s'éloigna quelques secondes, pour la regarder, la contempler, l'admirer, une nouvelle fois.

Jusqu'à maintenant, il n'avait pu qu'admirer sa peluche en magasin, restreint par l'oeil pervers-assoiffé-de-ventes du commerçant, mais là...c'était son bien, la barrière avait cédé...
Son bras imposant -qui restait tendre- passa par-dessous le fessier courbé et d'un mouvement il la souleva et la déposa sur la paillasse. Seule sa respiration émanait de lui, sinon aucun autre bruit...à part peut-être celui des battements de son coeur.

Sa bouche commença à s'emparer de la sienne pendant quelques secondes mais finalement elle se retira. Leur regard respectif ancré dans l'autre un moment, il finit par lâcher le premier pour observer la boîte. Sa main ensanglantée se tendit à la jeune femme brune, attendant d'être soignée.

Le silence régnait toujours, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyLun 24 Mar - 20:27

Je laissais ma main se faire captuer par la sienne, mon corps être indéniablement attiré par le sien. Il sécha mes larmes, me débarassant avec tout l'amour possible de ces maux si douloureux. Mes paupières s'étant refermés à ce contact si doux, le restèrent un moment encore après qu'il se soit légèrement éloigné. Je fus surprise de sentir un bras me soulever, mais ses lèvres sur les miennes me rassurèrent instantanément. Je n'avais pas eu besoin d'ouvrir les yeux, la confiance suffisait à ce que je me sente en sécurité.

Le baiser ne dura pas, et je savais que ce n'était pas encore tout à fait le prémice d'une aventure beaucoup plus palpitante. Il me tendit sa main blessée, alors que mes paupières avaient libéré mes yeux. Je la pris au creu des miennes, la caressant du bout des doigts en souriant faiblement. Je relevai mes mains toujours accompagnées de la sienne vers ma bouche, déposant de doux baisers sur ses blessures.
Mais il fallait se rendre à l'évidence que ce n'est pas de cette façon qu'elles guériraient. Je me tournai vers la boîte, cherchant de quoi désinfecter les plaies, et enfin entoura sa main d'un fin bandage.


ELLE : Et voilà..., soufflai-je sans pour autant vouloir briser ce silence apaisant.

J'avais son corps imposant entre mes jambes, ses hanches venant se frotter contre mes cuisses involontairement. Et bien que je le luttais contre ce désir qui me brûlait déjà, mon bas-ventre papillonait d'envie. Je m'agitai un peu sur la paillasse, venant plus au bord en m'accrochant à ses épaules. Je l'attirai plus à moi, collant son bassin au mien, je voulais le sentir lui aussi. Je voulais sentir ce besoin incontrôlable qu'il avait de me posséder toute entière, je voulais qu'il me fasse frémir de plaisir...Mes lèvres vinrent chercher les siennes, et à peine m'avait-il accorder le passage que ma langue trouva la sienne, ardente et fougueuse. Ma poitrine se redressa contre son torse, tandis qu'un creu se forma dans mon dos qui s'était cambré lors du mouvement. Mes bras avait entouré ses épaules, mes jambes s'accrochèrent derrière les siennes pour nous rapprocher encore davantage, accentuant la pression entre nos parties les plus intimes. Je brûlais, inexorablement...Je le voulais...
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyLun 24 Mar - 22:44

Ses pupilles vertes suivirent le chemin de sa main jusqu'aux lèvres féminines. Il sourit béatement - niaisement. Après quoi, Héléna soigna la plaie provoquée par le tube à essai, elle souffla une bribe de phrase après avoir bandé le tout.

Lui : Merci maman... Un soupir taquin et contemplateur, une lueur dans les yeux.
Il sentit les jambes féminines commencer à remuer autour de taille puis, elle se rapprocha… La proximité des deux corps n’en formait plus qu’un alors qu’elle se hissa au bord du support. L’odeur de l’agent enivra ses narines tout comme son esprit…
"Les lèvres d’Héléna vinrent chercher les siennes, et à peine lui avait-il accordé le passage que la langue intruse trouva la sienne, ardente et fougueuse".
Il frissonna et suivit l’intensité du baiser, et, pour le compléter, ses mains vinrent se glisser sur la taille qui s’offrait à lui. Ses doigts descendirent pour passer sous le chemisier et qu’ils puissent profiter pleinement de la peau nue, chaude et douce. La langue du scientifique quitta l’entremêlement avec sa partenaire et sa bouche vint poursuivre –voire accélérer- le mouvement sur son menton, son cou, sa gorge, et sa poitrine qu’il découvrit par une simple action de ses dents sur les premiers boutons. Son souffle laissa une trace sur son passage tout comme sa langue qui se faisait à la fois douce et virile. Sa main droite délaissa son squat cajoleur sur la taille et coula sensuellement le long des membres féminins jusqu’à la cuisse aguichante, qui le retenait prisonnier de leur attachement.

Les deux amants allaient remettre ça…encore une fois…à croire qu’ils ne pouvaient se passer de leurs corps, de ce plaisir, ils devaient succomber à leurs désirs…

Thomas revint prendre la bouche d’Héléna en otage et soutint son rapprochement, lorsqu’elle courba le dos, de sa main gauche –la soit-disante blessée- dans le creux de ses reins. Son bassin s’activa à son tour lorsqu’il sentit le désir entreprenant le saisir violemment. Un large sourire fendit ses lèvres…ses baisers, ses caresses, ses mouvements encore plus embrasés. Puis, il s’arrêta, se figea, se paralysa.
Il ne voulait pas que Callaway les surprenne un nouvelle fois, comme la veille…
Cependant, Thomas avait bien l’intention de prouver qu’il aimait Héléna, maintenant et ici même. De toute façon, son désir vif lui aurait empêché d’abandonner. Juste un sourire…mais juste une complicité. Les deux corps toujours collés, le scientifique souleva l’agent, bien plus vivement que quand il avait déposé. Puis, il se précipita de les emmener tous les deux jusqu’à une porte, faisait involontairement percuter le dos d’Héléna contre celle-ci en ayant mal mesuré les distances…trop préoccupé à l’embrasser avidement.
Il réussit finalement à ouvrir la porte, s’engouffra dans la pièce qu’elle cachait et la claqua de son pied. Le noir, du placard à balais. Le noir, total. Le noir, intense. Le noir, mystérieux.
Le corps d’Héléna fut déposé au sol, contre une paroi, le corps masculin restant collé, sans pour autant bouger... Thomas ne disait rien, il ne bougeait plus…seule sa respiration à demi-saccadée laissait supposer qu’il était encore vivant, ainsi que ses bras plaqués au-dessus de la tête féminine. Il souriait, il souriait juste…ses yeux devinant sa proie dans l'obscurité, l’action sur pause…péniblement sur pause…
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyMer 26 Mar - 2:09

Je sentais ses mains glisser le long de mes cuisses, provoquant d'intenses frissons indénombrables, puis enfin m'aggriper afin de me transporter je ne sais où. Le lieu ne comptait pas, je n'arrêterai pas, je ne fuierai pas, jusqu'à l'overdose de satisfaction. N'était-ce rien que possible ? Je suçais sa lèvre, mordillai, jouant avec celles-ci, mes bras fermement cramponnés autour de son cou. Jusqu'à ce que mon dos percute brutalement un support inconnu. Je fermai les yeux, rejetai ma tête en arrière sous l'impact de la vague de plaisir qui m'avait transporté à cette instant, ne pouvant empêcher un petit son aïgu d'excitation s'échapper de ma bouche.

Je perdai pied, et ce n'était que le début. Que pouvait-il bien faire de plus que tous les autres ? Stop. On s'en fichait après tout, le résultat était l'essentiel. L'obscurité attaqua mes prunelles, je ne pouvais distinguer le corps masculin que de part mes autres sens. J'étais au sol, contre un mur certainement. Son odeur semblait emplir toute la pièce, créant une aura virile qui ne me laissait bien évidemment pas indifférente. Mes doigts retraçaient ses muscles sous sa chemise, sa peau chaude que je dévorai de ma langue au niveau de son cou me laissa un goût digne des plus indescents délices. Je me replaquai en arrière, son souffle venant caresser mon visage. Une pause...Quelques secondes...Une pause trop longue.

Mes mains glissèrent sur ses épaules, entre le tissu de sa chemise et de sa blouse, faisant glisser cette dernière au sol. Mes esclaves de "mise à nue" s'affairèrent ensuite à défaire les boutons de sa chemise, lentement, caressant chaque millimètres de peau au passage. Lorsqu'enfin ce bout de tissu rejoint le précédent, je repris violemment possession de ses lèvres, ne laissant aucun endroit de sa bouche au hasard, fouillant et dévorant encore. Délestée de mon chemisier, je pouvais laisser libre court à mes mouvements, des gestes plus brusques et acharnés. Je cambrai mon dos, volontairement, allant arrogamment frotter ma poitrine contre son torse. Mes doigts se glissèrent à l'arrière de son pantalon, créant une pression suffisante pour recoller mon bassin au sien, je sentais à présent bien mieux ce qui ferait l'objet de ma jouïssance dans quelques instants.

Désertant mon point d'appui initial, mes doigts s'infiltrèrent d'une façon faussement pudique dans son caleçon, je voulais le faire languir, autant qu'il l'avait fait si bien des fois. J'enserrai, il était à moi, et il n'avait aucun moyen de lutter contre ça. Je bougeai, d'une main, venant caller l'autre dans sa nuque pour l'attirer à moi dans un baiser électrisant. Je fis tomber les derniers vêtements, tandis que mon souffle se faisait anarchique. Je poussai un dernier gémissement de frustration, tandis que mon abdiquation était proche. Maintenant...Il le fallait...
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyMer 26 Mar - 22:51

Son torse vêtu sentit des doigts intrus remontés lentement, très lentement, sensuellement lentement...La langue féminine, douce mais râpeuse...râpeuse mais douche...passant avidement dans son cou mal rasé...
La bras de Thomas longea le mur pour descendre puis, dès qu’il atteignit la hauteur de l’épaule d’Héléna, il plaqua ses doigts querelleur sur l’épaule…dévala la piste corporelle…dessina le contour de son sein droit, sa taille, son bassin, ses hanches…et remonta sur son fessier en l’effleurant juste…
De son côté, sa blouse tomba à ce moment-là, suivie de près par sa chemise...oh oui chérie. La main gauche de l’homme défit les derniers boutons du chemisier qu’ils restaient. Il sentit des mains audacieuses et entreprenantes couper le contact de sa peau et de son pantalon au niveau du bas de son dos.
Elle s’affairait à détacher sa ceinture, il s’occupait de dégrafer son soutien-gorge. Elle s’occupait de provoquer le désir de ses doigts sensiblement placés, il s’affairait à sucer se peau douce, chaude et frémissante de sa poitrine ; ses dents la mordant non désagréablement quand ses doigts le taquinaient trop dangereusement…
Héléna l’embrassa avec fièvre, de façon brutale, laissant tomber ses vêtements la seconde d’après. Le corps de Thomas se figea un instant… Le désir montait à vitesse fulgurante, enflammant toute sa raison. Et, subitement, en laissant un trainée de baisers chauds, puissants et virils de la gorge féminine au bas ventre, il vint quasiment arracher vers le bas le pantalon de sa proie, entraînant le sous-vêtement dans la foulée. Il remonta aussi hâtivement que toute l’action, là devant elle, yeux dans les yeux, qui venaient de s’habituer à l’obscurité. Encore une seconde de figement, puis…
Thomas attrapa avec voracité la jambe droite aguichante et nue, se plaqua contre ce corps qui lui faisait face –à l’oppresser rudement- et s’y insinuait aussi ardemment que possible, l’exaltant par mille baisers incandescents qui accompagnaient ses mouvements fermes de va-et-vient…


LUI : Tu crois qu'on va nous déranger avant "l'épuisement"...? Souffla-t-il d'un grain enroué et sensuel, sans enlever le moindre charme à l'action flambante, et sans attendre réellement un réponse. Juste un sourire se formant en coin, malicieux et comblé, tandis que son bras droit gardait toute sa force pour tenir la jambe féminie élevée...
Revenir en haut Aller en bas
Helena Kambell

Helena Kambell


Féminin Nombre de messages : 156
Age : 31
Date d'inscription : 06/01/2007

Fiche du Personnage
Statut: Agent de liaison (ATF)
Spé 1: Relations publiques
Spé 2: Investigation

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptySam 12 Avr - 21:30

Mes mains s'emparèrent possessivement de son dos, longeant sa colonne vertébrale, aggripant sa peau. Je trouvai enfin un semblant de stabilité sur ses épaules, où mes avant-bras étaient venus s'appuyer. Mes doigts se posèrent de chaque côté de son coup, caressant du bout du pouce sa délicate mâchoire finement taillé.
Il avait soulevé ma jambe afin de s'insinuer en moi, aussi ardemment que la libération fut de le sentir enfin. Je me cambrai encore davantage si c'était possible, expirant de soulagement, de désir, d'exaltation. Mes lèvres vinrent à peine frôler les siennes, le souffle me manquait pour pratiquer cette danse langoureuse.


LUI :
Tu crois qu'on va nous déranger avant "l'épuisement"...?

Sa voix. Sa voix si douce et sensuelle me fit frisonner, si bien que mon esprit mit un certain temps avant de peser ses mots. J'esquissai un faible sourire, bien trop perdue par toutes ces émotions brutales qui venaient assaillir mon corps entier.

ELLE : Je plains le pauvre qui oserait..., parvins-je à dire dans un souffle quasi-inaudible seulement.

Je me cramponnai plus à lui, mes mains s'étaient logées dans sa nuque. Mon dos prenait appui contre la paroi pour me hisser sur lui, entourant sa taille de mes cuisses, me frottant indescemment à son corps chaud. Une brutale vague de plaisir traversa tout mon être, me laissant tremblante, dépendante, gémissante. Mes yeux se fermèrent dans une paix et une sérénité à toute épreuve, mes membres continuaient leur mouvement frémissant. J'embrassai les lèvres de mon amant, avec toute la tendresse qui restait dans mon coeur meurtri par mon passé. Je ne voulais déserrer mon étreinte autour de son corps si protecteur envers le mien. Mes pieds touchèrent à terre, doucement, tandis que mes bras demeurèrent autour de ses épaules, ma tête venant seulement se loger dans le creu de son cou. J'entendais les battements effrénés de son coeur, un son si apaisant, alors que le mien tambourinait à l'unisson dans mes tympans.

J'aurais voulu rester ainsi toute une vie. Dans ses bras, à l'abri de tout. Plus rien d'autre n'avait d'importance...
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Harris

Thomas Harris


Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 11/11/2006

Fiche du Personnage
Statut: Scientifique
Spé 1: Analyses de preuves
Spé 2: Recherches

Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 EmptyLun 14 Avr - 1:55

Le scientifique aggrippa ses cuisses quand elles vinrent toutes les deux enserrer son bassin. Il plaqua autant que possible le dos d'Héléna à la paroi pour faciliter ses mouvements...

Sa main gauche partit du genou féminin, longea sensuellement sa cuisse nue, son fessier dévêtu, sa taille chaude et sa poitrine frémissante. Tout en même temps, il continuait les mouvements de son bassin, en se faisant plus précipité et plus abrupt de cette partie là... La respiration saccadée, le coeur battant la chamade, le désir entrait dans la phase ultime de son apogée. Trois gémissements soudain et alternés brisèrent le silence, accompagnés par un mouvement de ses bras et de son corps qui décollait de quelques centimètres l'ensorcelante jeune femme du mur, pour la replaquer aussitôt, aussi brutalement accentuant la pression de son entrejambe...

Elle lui répondit. Il lui sourit. Elle mit sa tête dans son cou. Il déposa un baiser dans ses cheveux.

Sas bras imposants l'enlaçèrent alors qu'il se retirait d'elle. Ses yeux verts la regardèrent profondément dans cette obscurité de la pièce... Il devinait tout d'elle, ses traits fins, ses yeux ensorcelants, sa bouche pulpeuse, tout...


LUI : Je crois que c'est moi le pauvre...je crois qu'il vaut mieux retourner au labo avant que quelqu'un ne débarque...

Quel chieur coincé ? Ouais, presque... Il se retira de deux pas en arrière pour se diriger vers la porte, après l'avoir longuement embrassée sensuellement et langoureusement...bien qu'il espérait qu'elle le retiennent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Salle des analyses - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Salle des analyses   Salle des analyses - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle des analyses
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Salle des archives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
N.C.I.S Washington :: Le Jeu :: Quartier Général du N.C.I.S :: Etages scientifiques-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser